Articles classés dans 'Cameroun' ↓

L’adaptation

Auteur: Caroline Jean

À la deuxième semaine, je constate qu’il n’est pas si facile d’être stagiaire QSF. J’ai plusieurs expériences de voyages où j’ai été confronté à différentes cultures mais celle-ci est particulière. Nous sommes 7 stagiaires et une accompagnatrice, travaillant, mangeant et dormant ensemble. Nous ne dormons bien sûr pas TOUS ensemble, mais il m’arrive de rêver de mes collègues. Je cours derrière un train indien à trois wagons, je le ratrappe et plusieurs membres de mon groupe s’y trouvent déjà. Y a t-il un psychanalyste dans la salle? Lire la suite →

Hey le Blanc, ici il y a le cholera !

Auteur: Marie-Mychèle Pratte

Au delà d’une invitation à retourner dans notre pays qui nous ai criée à tous les jours, cette phrase est le constat de la situation de la ville de Yaoundé. Les coupures d’eau fréquentes (certaines durent depuis plus de 2 mois dans certains quartiers), le manque d’assainissement des eaux, le début de la vente d’eau en sachet d’origine non vérifiée et l’apparente inaction des autorités n’aide aucunement à réduire l’épidémie de choléra. Lire la suite →

Le deuil Camerounais

Auteur: Noémie Philibert-Brunet

Voilà déjà une semaine que nous nous trouvons à Yaoundé.  Tranquillement, nous apprenons à vivre la vie camerounaise.  Nous tentons de nous imprégner de la culture et des mœurs de nos familles.  C’est avec plaisir, curiosité et empressement qu’Audrey et moi avons accepté l’invitation de notre maman camerounaise, Yvette, aux obsèques d’une de ses collègues de travail.

Jeudi soir, sur l’heure du repas, maman Yvette est arrivée avec une proposition que nous ne pouvions refuser ; assister à la levée du corps de son amie décédée subitement.  Nous partons de Mendong direction Biyem Assis.

Lire la suite →

Bye Canada..Hello Cameroun!

Auteur: Bilan A.H

1er billet pré-départ! Toute chose a un début….et une fin! Lire la suite →

Un avion nous attend !

Auteur: Marie-Mychèle Pratte

En cette journée ensoleillée de février la météo annonce -14°C, par contre, dans mon cœur il fait déjà 30°C avec un soleil tapant. Les stages se préparent à grande vitesse, le blogue des stagiaires sort de son hibernation et le décompte pour le départ l’équipe Sita-Bella affiche 27 jours. Lire la suite →

Rassemblement de souvenirs et de projets

Auteur: Marie-Mychèle Pratte

Affiche Vernissage 19 novembre Dans le cadre de la Journée Internationale des droits de l’enfant, joignez-vous à nous pour le Vernissage de l’exposition photo du groupe Biyem-Assi. Quel moment idéal pour voir les magnifiques photos prises au cours du stage ayant eu lieu des mois d’avril à juin 2010.

Une projection de vidéos tirées du voyage aura également lieu tout au long de la soirée ainsi qu’une visite d’un CACI (Centre d’Accès Communautaire à Internet) québécois où il vous sera possible de découvrir et tester des logiciels libres avec les stagiaires. (8 versions d’Ubuntu sont disponibles sur les ordinateurs du centre)

Pour plus d’informations : Facebook

En espérant vous y voir en grand nombre !

Marie-Mychèle

Petit lexique camerounais

Auteur: Alexandra Lavoie

Un petit crash course de parler camerounais ça vous tente? Alors c’est parti!

Il y a des expressions francamglais, des expressions de tous les jours en français, et des mots de pidgin, un “ « dialecte”  » (je n’aime pas trop ce mot mais bon) d’ici, un mélange principalement d’anglais et de français, mais aussi de plusieurs langues locales.

Expressions de tous les jours:

C’est comment? = Comment ça va?

Tu dis? = quoi? utiliser pour faire répéter quelqu’un, quand on a mal entendu

On dit quoi? = On fait comment? Qu’est-ce qu’on fait? Comment on s’organise? ou Que se passe-t-il? ou Tu racontes quoi?

Ekié! : interjection de surprise

Ayé! = interjection de surprise aussi, à utiliser surtout quand on est dépassé par quelque chose

En pidgin:

I want chop foufou = je veux manger du couscous (de mais)

I want chop burning fish = Je veux manger du poisson braisé

I want shak beer = je veux boire de la bière

I di go school = je vais à l’école

Faro Faro ou Faroter= ballin’, frimer

Dinaï = refuser

Expressions diverses:

Sans confiance = gougounes, tongs

Soya = brochettes de viande

Composer = passer/écrire un examen

Kongossa = discussion secrète, chuchoter

Un sac’ joueur/expression/repas/etc = sacré, très bon, génial

Boire à la tchadienne = boire une bière à deux, de la même bouteille, sans verre

Le programme = les plans de la journée

Independance Day

Auteur: Alexandra Lavoie

P5170037

Le 20 mai dernier, le Cameroun célébrait le cinquantenaire de son indépendance. Pour marquer le coup, le Président, Paul Biya, avait préparé un défilé au coeur de Yaoundé qui se voulait grandiose. Plusieurs chefs d’États étaient invités.

Le jour-même, impossible de ne pas regarder le défilé. Parce que, bien que j’étais à Yaoundé même, assister au défilé en personne aurait été de la folie, et je n’aurais certainement pas été en mesure de tout voir.

Lire la suite →

Le combat des chevaliers de la craie

Auteur: Marlène Fisette

Ici, au Cameroun, plusieurs surnomment les enseignants «les chevaliers de la craie», ces courageux qui doivent affronter tous les jours les nombreux obstacles du métier. Si enseigner n’est pas tâche facile, enseigner au Cameroun relève pratiquement de l’exploit.


Mon expérience de formatrice informatique à l’école primaire publique Biyem-Assi n’a été que trop brève pour que je puisse justement dépeindre la réalité des professeurs au pays. J’écris donc ces lignes en tant qu’observatrice et témoin privilégiée, et surtout en tant qu’étrangère sensible aux trop grands défis que doivent relever quotidiennement les professeurs camerounais.

La première chose qui m’a frappée lorsque j’ai déposé les pieds dans la cours d’école de Biyem-Assi pour la première fois, c’est l’incroyable quantité d’enfants. Il y avait des centaines d’élèves, causant tout un vacarme, qui couraient dans la cours de récréation. Une centaines d’autres jouaient au stade de football, d’autres erraient à l’entour de la bâtisse, et d’autres étaient bien assis sur leur chaise de classe. Impossible, me suis-je dit, de transmettre les bases de l’informatique à ces 2000 élèves qui m’entourent. Pourtant, les quelques professeurs de l’école Biyem-Assi y parviennent tous les jours.

Lire la suite →

Poème sur le Choc Culturel

Auteur: Augustin Paiement

Le regard à vif, en température étrangère, comme un apéritif

Me donne  cette impression cliché, d’être touriste sur ma planète terre.

Si magnifique, de voir ces couleurs se plaire, se fondre à mes pensées.

Le changement, est une vision au cœur qui se fait mijoter.

Et sur la piste, moi seul est maître de ces découvertes, si osées

Si vite posées, devant nos principes de sclérosés.

L’ouverture du cœur, suscite de toute sa flexibilité, et toute son attention.

Car le choc de culture, viens  nous perturber, sans avertissement de ses intentions.

C’est donc le moment de rupture qui se trace au-dedans.

L’égo devient soudainement agressé par le moment présent.

Soi-disant, rigide comme le fer.

Doit finalement prendre une allure, si timide dans l’univers,

Alors à quoi bon spéculer dans ces situations.

Où le mur des allusions, nous surprend à l’instant, en pleine action

Hors de portée, Hors du comté.

La richesse d’un lion, c’est de s’ouvrir à ses affrontements.

Penser à nous, est un besoin inévitable, mais le cœur doit être grand,

Vigilant,  pour y donner place à nos gens.

Une souplesse qui fait tout son rendement.

La richesse d’un écho, et d’un échange,

Porte fruit à cet inconnu, venu de loin

Devant un pays méconnu, et de tout un mélange

De voir la réalité qui frappe, devant son QI, le démange.

Une chose qu’on ne peut pas constater, dans un livre.

Il faut le vivre, et devenir voyageur de sa propre rive.

Pour prendre tranquillement, lucidité, du noyau qui se forme en soi.

Considérer que la force de s’ouvrir, reste encore une proie.