Tunisie; terrain d’apprentissage et d’épanouissement

Auteur: Mathieu Gauthier

Un mois et demi déjà depuis mon arrivé à Tunis. C’est fou comment le temps passe trop vite quand tu goûte pour la première fois à tout ce qui t’entour! Bien qu’une légère routine semble tranquillement s’imposer pour ordonner mon passage éphémere à la capitale de la Tunisie, l’authenticité des sons, des couleurs, des goûts, des senteurs, bref de tout ce qui franchit mon cadre perspectif et analytique semble me surprendre et me satisfaire jusqu’au plus profond de mon âme. Heureusement, ce sentiment de contentement persiste et fleurit d’une direction inatendu à chaque seconde de mon expérience.

J’ai été acceuillit comme un frère, un meilleur ami ou un fils dès mes premiers pas à l’aréoport. J’ai pu profiter d’un 48 heures d’orientation personnalisé et guidé par le père d’un de mes très bon ami d’originie tunisienne qui vie maintenant à Ottawa. C’est avec à lui, Mekki, que j’ai vécu mon premier choc culturel. Lorsqu’un chant en provenance des tours de touts les mosquées invitant les gens à prier se fut entendre partout au travers de la ville, Mekki s’arrêtta à la mosque la plus près afin de porter allégence à Allah. N’étant pas un musulman, je n’est pas pus participer au rituel, cependant, j’ai profiter de cette occasion pour convoquer ma première observation de phénomènes sociaux.

J’ai rapidement remarqué la ségrégation des sexes. De touts cette centaine d’individus, une seule femme s’est dirigée vers la mosque. De plus, tandis que les hommes pénétraient la mosque en marchant sous une énorme arche magnifique, la dame fraya tranquillement sont chemin à la droite de l’établissement pour ensuite y pénétrer par une petite porte de côté. Bien évidement, ceci a su me surprendre et chatouiller ma curiosité au plus haut niveau. Cette expérience a suciter d’excélente conversations entre moi et Mekki, notamment au sujet de la religion, de la pratique de la religion, de la ségrégation des sexes, du port du voile et de la burka, de la prière, de spiritualité et bien plus encore. C’est ainsi que le processus d’adaptation culturel débuta.

Pur ca part, le stage est fort interessant et va surement s’intensifier au fur et a mesure que l’ont approche des grands événements du mois de juillet. En faite le Forum Préparatoire au Forum Mondiale aura lieu du 12 au 18 juillet à Monastir. Nous avons eux la confirmation que nous irons travailler sur le terrain à Monastir, mais la date de départ reste à déterminer.

Le Forum Tunisien pour les Droits Économique et Sociaux, l’organisation pour laquelle nous travaillons, met aussi sur pied divers activités, conférences, rencontres et forums. C’est ainsi que nous avons participé à la mise au point de l’activité intitulée Quelle stratégie nationale pour la constitutionnalisation des Droits Économique, Sociaux et Culturel en Tunisie?

Les conférences du  25 et 26 mai était ultra enrichissante et portait exactement sur mon domaine d’étude. Brièvement, ce fut une série de conférences, de table ronde et d’ateliers qui regroupaient des ministre de la Tunisie, des membres ainsi que le président de l’assemblée constituante (groupe parlementaire qui voit à l’érigation de la nouvelle constitution), des avocats, des professeurs universitaire, des militants et gouvernementaux de la Colombie, du Kenya, de l’Afrique du Sud ainsi que plusieurs présidents d’association et d’ONG de la société civile qui militent depuis longtemps pour les droits humains. La majorité de la conférence portait sur l’inclusion des droits économique, sociaux et culturels (DESC) dans la nouvelle constitution qui sera érigée par l’assemblée constituante. Nous avons discuté de la pertinence de l’inclusion des DESC dans un tel document et de leurs caractéristiques. Nous avons surtout discuté des mécanismes d’inclusion ainsi que des mécanismes qui seront en mesure d’assurer l’application et le respect de ces droits afin d’éviter le continuation de violations grave tel nous le voyons même en temps de post-révolution. Plusieurs discussion concernant la place de l’Islam au sein du nouveau modèle de gouvernance on souligner l’opposition idéologique “modernisation” versus “ré-islamsation” dont j’ai eu la chance d’étudier grâce au programme étude des conflits et droits humain offert a l’Université d’Ottawa.

Par la fin de la deuxième journée, un document de suggestion et d’attente a été créé. Il sera remis à l’assemblée constituante au nom de la société civile. Il fut bien intéressant de voir la création d’un réseau sociale et d’avoir le privilège d’assister à des rencontre historique vouant le contexte socio-politique ainsi que l’opportunité que présente l’ouverture du champs politique due à la révolution. Après avoir abborder ce sujet à mainte reprise en classe, il fut très enrichissant de prendre part à un processus de lobbying pro-droit humain!

0 commentaire ↓

Il n'y a pas encore de commentaire. Le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Faire un commentaire

Spam Protection by WP-SpamFree