Le peuple des Andes

Auteur: Andreia Furtado

Au retour de notre excursion à la lagune du Quilotoa, je repense au peuple des montagnes que nous avons rencontré durant notre séjour dans la province du Cotopaxi. Les Kichwas, ce groupe autochtone qui vit dans les montagnes des Andes, fascine par sa capacité de survie malgré des siècles d’oppression.

Les femmes Kichwas sont particulièrement mémorables. Ces dames qui sont si joliment coiffées avec leur chapeau de feutre, certains arborant une plume de paon colorée, et leur longue tresse aboutissant sur leur dos couvert d’un châle artisanal. Avec leurs jupes ornées de décorations scintillantes et leurs escarpins à talons hauts, elles semblent quotidiennement porter leur habit du dimanche.  Dommage que je n’aurai pas la chance de les immortaliser sur photo : elles s’indignent lorsque un objectif pointe leurs visages. Sur la montagne du Quilotoa, elles sont plusieurs à guider des troupeaux de lamas ou à monter des touristes essoufflés à cheval afin d’atteindre le sommet de la montagne.

Au marché du samedi de Latacunga, mes camarades se laissent séduire par les chapeaux artisanaux que l’on retrouve sur les têtes autochtones de la région. Ils les porteront fièrement dans les quartiers de la ville malgré les ricanements des habitants qui dans leurs regards semblent nous avoir identifié comme des gringos copiant le style vestimentaire andin. De toute évidence, il nous manque de longs cheveux noirs ébène pour complémenter ces couvre-chefs à la Robin des bois.

Après deux jours à Latacunga et dans ses environs, je partage la fascination de ma colocataire de stage pour les peuples montagnards. Le climat frisquet d’altitude me réconforte. Le soleil, brûlant malgré l’air froid, nous laisse de jolies pommettes rouges. À 4000 mètres d’altitude sur la montagne du Quilotoa, notre position physique par rapport au ciel nous donne l’impression de pouvoir attraper un nuage. À l’horizon nous n’apercevons que de magnifiques structures rocheuses qui constituent une petite partie de la Cordillère des Andes. Et cette mystérieuse lagune qu’est le Quilotoa, dont la profondeur demeure inconnue, impressionne quiconque y pose les yeux. Il est rare de retrouver autant de beauté sauvage à un même endroit.

L’air pollué et humide de Santo Domingo semble si loin de nous. Les préoccupations du stage se sont noyées dans les eaux turquoise du Quilotoa.

Crédit photo : Marine Anaïs

0 commentaire ↓

Il n'y a pas encore de commentaire. Le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Faire un commentaire

Spam Protection by WP-SpamFree