Chronique d’un 8 mars

Auteur: Gabrielle Lamontagne-Hallé

8 mars 2013 — Afrique, Billets d'humeurs, Cameroun, Féminisme, Femmes, Kaïdama - 2012

Par Gabrielle Lamontagne-Hallé

Yaoundé, 8 mars 2013 – Aujourd’hui, c’est la journée internationale de la femme. Dans les rues du centre-ville de Yaoundé, la capitale du Cameroun, elles sont plus de 200 000 à déambuler au son de rythmes traditionnels entraînants. Jeanne, infirmière à l’hôpital public de Biyem-Assi, est du groupe. Pour ses collègues féminines et pour elle, il n’est pas question de travailler un 8 mars.

Comme les centaines de milliers de femmes qui marchent avec elle, Jeanne porte un habit fait sur mesure aux couleurs de la journée de la femme. C’est le pagne, un tissu traditionnel coloré que la femme africaine porte sous toutes ses formes. Chaque année, la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) commercialise un nouveau pagne aux inscriptions du 8 mars. Un élément indispensable de la fête pour les femmes camerounaises.

Des deux couleurs offertes, Jeanne a choisi le rose. Des grandes impressions par-dessus les motifs montrent des femmes au champ et aux fourneaux. Certaines de ses collègues plus en moyens sont allées jusqu’à se faire fabriquer des chapeaux et des écharpes avec ce même tissu.

Après avoir paradé pendant près de quatre heures sur les grandes artères de Yaoundé, elles se rassemblent dans les bars de quartier généralement occupés par les hommes après les heures de travail. Jeanne enfile les bières que lui offrent ses amies. Son habit lui aura coûté en tissu et en main-d’œuvre pas moins de 16 000 francs CFA (environ 32$). C’est une semaine et demie de salaire à l’hôpital.

Les femmes dansent jusqu’aux petites heures de la nuit, sachant que la prochaine occasion de se dégourdir ne viendra pas avant le 8 mars prochain. Lorsqu’elles se séparent finalement pour emprunter le chemin de la maison, Jeanne rentre chez sa jeune sœur, qui s’est mariée il y a deux mois à peine. Elle embrasse ses enfants qui dorment sur un petit lit monté dans le salon. Une larme glisse doucement sur sa joue. Elle ne sait comment elle parviendra à traverser les prochaines semaines.

Comme plusieurs femmes de son pays, Jeanne attendait de son mari qu’il lui offre son pagne du 8 mars. Il importait pour elle qu’il reconnaisse ainsi son rôle de femme et qu’il lui accorde le droit de célébrer comme il se doit. Mais cette année, son mari avait décidé qu’il ne céderait pas aux caprices de son épouse.

Au sein de l’entreprise qu’il dirigeait, les femmes avaient fait la grève pendant trois jours pour réclamer que le pagne leur soit offert par l’employeur. Il en avait marre que les femmes de son entourage fassent chaque année la pluie et le beau temps pour le réclamer.

Deux semaines avant les célébrations, Jeanne lui avait imposé un ultimatum. Et comme c’est le cas dans plusieurs ménages chaque année, son couple a volé en éclats lorsqu’à la veille du 8 mars, le pagne convoité n’avait toujours pas été posé sur le lit conjugal.

Demain, elle rentrerait au travail et rien n’aurait changé. Les infirmières de son unité auraient toujours un salaire nettement inférieur à leurs homologues masculins. Aucune femme n’aurait intégré l’étage réservé à l’administration. Et aucune nouvelle mesure n’aurait été adoptée pour favoriser la conciliation famille-travail chez les mères de famille.

Il faudrait attendre le 8 mars prochain.

-30-

Something Good

Auteur: Lynn Lessard

23 août 2012 — Afrique, Billets d'humeurs, Communication, Culture, Emotions

I have been back in Canada for about a month now, and I’ve realized that I hardly talk about my experience in Tunisia. Partly, that’s because when somebody asks you how your trip went, you know that, really, they’re just being polite. And partly, it’s because I haven’t a clue how to describe the experience “in a nutshell.” I can’t even wrap my own head around the incredible three months I just had, so how can I convey that experience to someone else in a thirty-second spiel? Where do I even start?

My work? Challenging and immense learning experience. The food? Incredible! Think spicy, Mediterranean, harissa, tuna, olives, etc. The weather? 40+ and sticky! My host family and friends? My favourite part – loving, loveable and missed! My travels? Carthage, Bizerte, Hammamet, Monastir, Sousse, can’t get enough! The people? Most warm and welcoming you’ll ever know. Post-revolution politics? Slow, complicated, tense, and hopeful.

But I’ve noticed that all everyone really wants to hear about is the bad. I respond briefly, and then they dig for it: “Are women treated horribly there? Did you have to cover your hair?” “Are they allowed to drink alcohol?” “Do people eat with their hands?” “Are the streets really dirty?” “Do they cut off your hand if you steal?” (okay, no one actually asked me that last one!)…

And the truth is that there are a lot of negative aspects of my experience living in Tunisia. At times, I couldn’t stand to “wait another 10 minutes” (= 1 hour) or to hear another car honk its horn. But none of those aspects take away from the fact that I had an incredible stay. In fact, no experience is perfect and memorable without its downfalls or, as another intern put it, your “highest highs and lowest lows.” Then again, whatever you interpret as “bad” may not be the same for the person next to you, anyway.

In any case, I so badly don’t want to enforce negative stereotypes that I intentionally leave out the “bad” details most of the time. I know that if I mention one bad thing, it’s what many people will remember and repeat.

So, allow me to respond to the many general concerns people have about a country like Tunisia:

Sure, the situation of women is different than it is here. On a world-scale, it’s actually very good. It definitely isn’t much worse than the objectification of women in the streets of Ottawa, or the overuse of terms like “slut” or “whore” in the west. Tunisian women today can choose to wear a headscarf or a veil, just like they could here (although a year and a half ago, Tunisians weren’t actually allowed to wear either in government offices or universities).

There are less bars than we have here (unless of course you go to a touristy area), but there are way more cafés. And I’m not talking about Tim Hortons. I’m talking about outdoor cafés with character – in the narrow streets of the medina (old city), the busy sidewalks of Avenue Habib Bourguiba, the hilltop sea view of Sidi Bou Said, or a grassy terrace with cushions for seats and blankets for rooftops. And you can spend hours there, sipping coffee or mint tea and enjoying company buzzed only on caffeine (it is possible!). Pay for your tea, and maybe a shisha, and spend hours there without question.

You can order a bowl of ojja merguez and sit around a table with a group of friends (or strangers, if you wanted to), scooping it onto bread with your fingers and enjoying the incredible taste. You can make a meal a truly social activity. You can eat as much as you want and instead of being called a pig, you’ll be told “saha” (good health).

And sure, there is garbage in the streets of Tunis in a somewhat organized chaos. But only 45-minutes away, there is the village of Metline, where you can take a hike through fields, farms, forests, beaches, mountains and rocks – all within the scope of a few hours and along a breathtaking Mediterranean coast.

On a Ramadan night, you can watch kids play and set off fire crackers in the streets. Find the right place, and you can enjoy the beat of the Tunisian darbuka, and you can dare try moving your hips, hands and heart like a Tunisian.

On any night, you can eat fresh brik in La Goulette or bambaloni uphill in Sidi Bou Said.

The point is, I have become very doubtful that there is any more “bad” in Tunisia than there is in Canada. Not to undermine the serious problems that exist in Tunisia, but the “good” that does exist, from my experience, is so genuine and so novel that it stands above any frustrations that I may have dealt with.

There is something good to hear about every place in the world.

 

Hospitality Club

Auteur: Gabrielle Lamontagne-Hallé

25 juillet 2012 — Afrique, Billets d'humeurs, Cameroun, Coopération Internationale, Kaïdama - 2012, Santé

Lorsque vous dites à un Camerounais que chez vous, tout le monde a dans son porte-monnaie un petit bout de plastique rouge surnommé « carte soleil » qui lui permette d’avoir accès à des soins de santé sans débourser le moindre sou, il vient les yeux ronds comme des billes. Puis il vous dévisage en sourcillant et en cherchant l’arnaque.

Car ici, comme dans plusieurs endroits du monde, n’est pas bienvenu à l’hôpital public qui n’a pas les moyens de payer ses services. Et disons-le, on ne vous fait pas de cadeau!

Dès que vous mettez les pieds à l’urgence, on vous renvoie à la caisse payer un thermomètre. Puis des gants. Puis une seringue. Puis d’autres gants. Vous comprenez l’idée. Bref, pas la peine de compter les allers-retours, ils seront nombreux.

En revanche, l’attente est très courte, voire inexistante. Dès mon arrivée, j’ai pu apprécier la rapidité avec laquelle le médecin de service m’a reçue. J’ai aussi pu apprécier la rapidité à laquelle je l’ai perdu! Quelques appels téléphoniques sur son cellulaire et une ou deux urgences plus tard, il m’a finalement redirigée vers le laboratoire pour les tests d’analyse.

L’ambiance au laboratoire était à la fête. Je dus me faufiler à travers une vingtaine d’employés vêtus de blanc qui dégustaient des brochettes de viande et des sandwichs aux œufs durs, prenant place sur les quelques lits d’hôpital disponibles. Ils se passaient les bouteilles de Coca et ne semblaient pas se soucier de ma présence le moins du monde.

J’ai finalement réussi à prendre place sur une chaise pour attendre qu’on me reçoive, ne daignant pas interrompre cette fête improvisée. Je me faisais alors la réflexion qu’en dépit des règles d’hygiène douteuses, les employés avaient au moins le cœur à la fête.

Jusqu’à ce que je vois la bouteille de whisky circuler parmi les sarraus.

Après vingt minutes d’attente, un infirmier m’a invitée à le suivre dans la salle voisine. Déjà que les seringues et moi n’avons jamais connu une grande histoire d’amour, le brouhaha de la salle voisine n’avait rien pour me rassurer.

Pendant la prise de sang, les va-et-vient se chargeaient de tenir mon esprit occupé. Tour à tour, deux infirmières sont entrées en uniforme et sans crier gare, se sont dévêties, avant de se rhabiller en civil. Le tout sous le regard amusé de l’infirmier qui s’occupait de moi.

Si Juste Pour Rire avait une filiale camerounaise, j’aurais cherché les caméras.

Et au moment de quitter la salle, après avoir gentiment demandé mon congé, l’infirmier de me lancer :

« Alors, on fait comment pour aller travailler au Canada?! »

Entre primates, on se comprend !

Auteur: Marie-Anne Viau

12 juillet 2012 — Billets d'humeurs, Cameroun, Coopération Internationale, Culture, Environnement, Kaïdama - 2012

Cela fait déjà un mois que je suis au Cameroun, et que chaque jour je m’intègre un peu plus à ce pays de l’Afrique centrale bien paradoxal. Pour fêter la mi-stage, notre groupe de stagiaires a décidé d’aller se prélasser sur les plages de Kribi dans le littoral.

Après avoir navigué tout notre samedi en pirogue en passant par les chutes de Lobée, un village de Pygmées et des assiettes débordantes de crevettes, les chauffeurs de taxi, puisqu’ils étaient aussi guides touristiques (les Camerounais ont le don d’avoir plusieurs jobs pour joindre les deux bouts), nous ont laissé à notre hôtel face à la plage avec une proposition bien ancrée dans leur tête.

Ils nous parlent d’un refuge de chimpanzés orphelins victimes du braconnage, malheureusement encore trop pratiqué dans cette partie du monde, sur une île à deux heures de Kribi et proposent de nous y amener le lendemain matin. J’étais suspendue à leurs lèvres jusqu’à ce que finalement ils parlent de prix. 100 000 francs, équivalent à 200 dollars canadiens, est une somme énorme pour le coût de la vie camerounaise que plusieurs paysans n’oseraient même pas penser avoir au fond de leur poche. Après quelques heures de réflexion, j’ai décidé de partir dans cette aventure en divisant la somme en quatre avec 3 autres de mes camarades.

Donc, me voilà le lendemain matin à rouler dans la brousse et à prier pour que le véhicule ne s’enfonce pas dans la boue jusqu’à la destination finale. Puis, nous devons marcher dans la jungle, et à ma grande surprise, ce sont les chimpanzés qui nous trouvent avant même d’avoir aperçu le refuge à l’horizon.

Ils sortent d’entre les arbres, un en position quadrupède et l’autre, plus petit, bien accroché sur son dos. Ils s’approchent de nous sans aucune crainte et sautent dans les bras du vétérinaire qui nous accompagne. Arrivé au refuge, un troisième compagnon, encore plus jeune que les deux autres, se joint à nous. Je craque définitivement lorsque j’apprends qu’elle s’appelle Goyave. Cannelle est la plus vieille, celle qui était venue à notre rencontre avec Miel celle sur son dos. Elles sont toutes de jeunes chimpanzés ayant perdu leurs parents à cause des braconniers. Des paysans les retrouvent abandonnés et les mènent au refuge avant qu’ils ne meurent de faim.

En quelques minutes, nous sommes déjà des membres de la famille. Leurs bras bien tendus vers moi signifient leur envie que je les prenne et tenir ces petites bêtes bien serrées me donne l’impression d’être avec un bambin. Leurs mains si semblables aux miennes et leurs grands yeux doux me regardent avec une vive intelligence. Par contre, leur agilité et leur énergie sont incomparables! Chacun leur tour, elles sautent sur notre dos et un véritable manège de pirouettes interminable se déclenche, amenant un éclat de rire général.

Puis, vint le temps d’aller sur l’île en face du refuge des bébés chimpanzés, où vivent ceux qui sont maintenant devenus adultes. Une pirogue chambranlante nous attend et nous permet de traverser le fleuve. Une fois sur l’île, un mâle adulte est déjà là, un peu méfiant. Il me renife légèrement avant de m’adopter sans aucune difficulté. Il se nommait Patchouli. Che Guevera vient nous accueillir aussi, lorsque je remarque un énorme chimpanzé roux bien en évidence sur une autre branche. C’est le chef, le mâle dominant : Nunéphar. Les spécialistes qui nous accompagnent nous disent de faire attention, puisqu’il est en mode défensif, et de passer tranquillement.

L’inattendu arrive, car ma camarade Évelyne est vite poursuivie par Nénuphar alors qu’elle traverse le chemin et elle se fait littéralement attaquée. Pendant que les Camerounais viennent à son aide, l’énorme singe se tourne vers moi et me mord. Complètement sous le choc, je tremble comme une feuille alors que mon agresseur est déjà loin. Bien entendu, je n’avais aucun danger de transmission de maladies puisqu’ils étaient tous vaccinés depuis l’âge de 6 mois, mais reste que le rappel à la vie sauvage est violent. Revenue à moi-même, je me remplis de courage et continue mon chemin.

Ils sont au moins cinq en comptant les trois mâles déjà rencontrés, en plus d’Arthémiste, la seule femelle du groupe, et Kiwi, le plus jeune mâle. Nénuphar revient vers moi et alors que je recule, on m’explique qu’il veut s’excuser et qu’il faut que je lui tende ma blessure. Il embrasse ma main, tel le ferait un jeune homme qui me courtise, et se lève sur ses deux jambes pour me donner des bisous sur les joues. Je rigole, mais sa lourdeur devient bientôt désagréable et je le repousse gentiment. C’est alors que Patchouli, mon préféré, me tend la main et m’amène proche d’un herbacé. Il tire ma manche et me donne une feuille de la plante. Le vétérinaire me dit qu’il faut que je la roule entre mes mains et de lui redonner par la suite, ce que je fais. Le primate l’applique par la suite sur mes plaies comme un baume, à des endroits où je n’avais même pas remarqué les égratignures. Il sentait où j’avais mal et me soignait avec une plante médicinal.

Après de nombreux et beaux échanges remplis d’affection, spécifiquement avec Arthémiste, (ah, la solidarité féminine!) il vint le temps de rentrer. Au retour, Cannelle avec Miel, éternellement agrippée à elle, nous suivent un moment malgré les demandes incessantes du vétérinaire qu’elles retournent au refuge. De retour dans l’automobile, le guide nous confie qu’il s’agit du seul refuge accessible au public de l’Afrique entier et nous avons alors compris toute la chance que nous avions eue d’y pénétrer. Sur la route, nous apercevons deux Africains transportant deux singes inertes ficelés sur des bouts de bois.

Une fois de plus, la réalité africaine nous frappe en plein visage.

Lipsynch et royauté

Auteur: Gabrielle Lamontagne-Hallé

3 juillet 2012 — Afrique, Billets d'humeurs, Cameroun, Colonialisme, Coopération Internationale, Culture, Kaïdama - 2012

Yaoundé, 3 juillet 2012

Il y a des moments, en voyage, où les impacts de la mondialisation nous frappent de plein fouet. Après 13h de vol, on ne s’attend pas nécessairement à manger une omelette avec de la baguette française, attablés un matin sur une terrasse de Bandjoun. On ne s’attend pas non plus à voir une célébration de mariage s’ouvrir avec une performance de lipsynch sur « Je ne vous oublie pas » de Céline Dion. Et pourtant…

Pourtant, plusieurs traditions sont encore (une chance) profondément ancrées dans la culture africaine. Et c’est au cours de ces mêmes mariages, auxquels Marie-Élaine et moi avons été conviées avec nos parents la fin de semaine dernière, qu’on peut le constater. Vendredi soir, à l’Ouest du pays, nous assistions à un mariage coutumier, la première étape des célébrations nuptiales, où doit être présentée la fameuse demande en bonne et due forme. Mais ladite requête ne peut être formulée sans que les deux familles n’argumentent d’abord dans ce qui s’avère finalement être un jeu de rôles interminable.

Ainsi, pendant plusieurs heures, les prises de bec se multiplient dans la langue locale dont seuls les natifs de Bandjoun peuvent saisir les subtilités. La belle-famille fait mine de ne pas trouver la mariée, annonce ensuite qu’elle est toujours à Yaoundé et qu’il faut la faire venir (en bref, ils revendiquent quelques billets à la famille du marié). Ils rencontrent ensuite plusieurs péages routiers, pannes d’essence et autres contrôles qui multiplient les occasions de reconstituer la dot de la mariée. Car au Cameroun, c’est la famille du marié qui fournit la dot. Et c’est au terme de ces échanges abrupts mais pleins d’humour que les belles-familles partagent avec les mariés une boisson traditionnelle (qui unira à jamais ces deux familles) et qu’est finalement servi un copieux repas aux convives affamés…et disons-le, pour certains, endormis sur le dossier de la chaise de devant!

SA MAJESTÉ

Lorsque le lendemain, avant notre départ pour Mbanga (où nous étions attendus pour un mariage civil cette fois), Marie-Élaine et moi avons été présentées au roi de Bandjoun, nous avons aussi compris que le colonialisme n’était pas venu à bout des unités administratives traditionnelles. Si les rois sont depuis devenus des chefs et que leurs royaumes sont désormais des chefferies, il n’en demeure pas moins qu’ils occupent une place considérable dans la communauté.

« Imitez les hommes! », nous a soufflé notre mère lorsque les hommes en notre compagnie se sont alignés, le dos droit, en fixant la porte du bâtiment principal. C’est à ce moment que nous avons compris que sa majesté nous honorerait de sa présence en ce samedi matin. Et tour à tour, nous avons été présentés au roi, qui nous a même accueillis dans son grand salon. Disons que j’étais petite dans mes shorts-gougounes lorsqu’il s’est posé sur son trône de bois sculpté assez haut pour que ses pieds ne touchent pas le sol!

Le chef héritant des femmes et des enfants de ses prédécesseurs, le roi de Bandjoun a à son actif quelques soixante femmes. Ainsi, de chaque côté de la grande case familiale surmontée d’un toit conique en fibres végétales, sont alignées plusieurs cases traditionnelles sur le même modèle où vivent les quelques soixante femmes et leur enfants.

Au mariage civil (l’étape qui suit normalement le mariage coutumier), auquel nous avons assisté à Mbanga, près du littoral, cet après-midi-là, nous avons d’ailleurs bondi sur nos chaises lorsque le maire a demandé au marié s’il choisissait le système polygamie ou monogamie comme on dit « thé ou café? ». « Ah, c’est vrai, ça existe encore ici. » La bonne nouvelle, c’est qu’à la réponse « monogamie », le public a jubilé bruyamment.

Mais la mariée, elle, n’a pas eu le choix… maudite vie!

Le CCC: certificat de compétences camerounaises

Auteur: Sophie Bonnet

28 juin 2012 — Billets d'humeurs

Voilà déjà presque trois semaines que nous sommes arrivés au Cameroun. Entre le travail, les barbecues et les petites soirées au «Container», le bar du quartier, le train-train quotidien s’installe subtilement… Aussi subtilement que nous adoptons, peu à peu, le rythme (lire : retards constants) et les habitudes du Cameroun.

Car quiconque séjourne ici doit acquérir certaines compétences et savoirs-faire pour se faire une place et survivre au chaos ambiant…

Compétences obligatoires pour l’obtention du Certificat de compétences camerounaises

Compétence #1 : Savoir prendre le taxi. « Rond-Point express, 100 francs, 2 places! ». Ici, il faut crier au chauffeur depuis le bord de la route sa destination et le prix qu’on est prêt à payer. Pour l’obtention du certificat, le candidat doit être en mesure de se faire laisser au bon endroit sans payer le triple du prix.

Compétence #2 : Repousser de façon ferme mais courtoise les demandes en mariage quotidiennes. L’attrait des peaux pâles est indubitable. La preuve : le commerce de coiffure d’en face s’appelle «Blanche-Beauté». Notre groupe, majoritairement féminin (on t’aime, Alex!), suscite l’émoi chez les Camerounais de tous âges, si bien que nous collectionnons les numéros de téléphone. Pour l’obtention du certificat, le candidat (ou plutôt la candidate), doit retourner dans son pays d’origine sans alliance au doigt.

Compétence #3 : Laver efficacement corps et cheveux sans eau courante. Bon, cette compétence s’applique particulièrement à ceux qui habitent Mendong, en l’occurence Gabrielle et moi-même. Dans notre quartier, les coupures d’eau sont fréquentes et chaque filet d’eau qui s’échappe du robinet suscite un bonheur immense. Pour l’obtention du certificat, le candidat doit pouvoir se trouver dans la même pièce que plusieurs personnes sans engendrer de pincements de nez.

Compétence #4 : Intégrer la banane plantain à sa diète. Lot du quotidien, le plantain occupe une place de choix dans l’alimentation des Camerounais. Pilée, bouillie, tapée ou frite, en croustilles, en beignets ou avec le poulet DG, cette musacée (merci Wikipédia!) est omniprésente. Pour l’obtention du certificat, le candidat doit nommer au moins trois façons d’apprêter la banane plantain.

Évidemment, l’obtention du certificat de compétences camerounaises (CCC) ne s’obtient pas en seulement deux semaines. Afin d’être réellement intégrer à la culture, il faut encore apprendre à cuisiner le Ndolé, à prendre plaisir à manger du poisson plein d’arêtes, à survivre en moins de deux semaines à une crise de paludisme et à considérer une température de 15 degrés comme un froid «terrible».

Bref, on a encore des croûtes à manger.

Auteur : Marie-Élaine Boily

La panne

Auteur: Gabrielle Lamontagne-Hallé

20 juin 2012 — Afrique, Billets d'humeurs, Cameroun, Eau, Électricité, Kaïdama - 2012, Technologie

Yaoundé, 20 juin

Il ne nous aura pas fallu longtemps pour comprendre l’aspect aléatoire des services d’électricité et d’eau courante en Afrique centrale. Ici, ouvrir le robinet est une loterie quotidienne. Surtout dans le quartier Mendong, où Marie-Élaine et moi vivons. Les coupures d’eau surviennent plusieurs fois par semaine et peuvent se prolonger de quelques heures…à quelques semaines.

Les familles sont toutes équipées de fûts, qu’elles s’empressent de remplir dès que le retour de l’eau se fait entendre dans les tuyaux (souvent la nuit). Elles collectionnent les bouteilles, et les entassent sous l’évier de la cuisine, remplies de ce fluide rarissime. Heureusement, elles ont aussi la pluie, qui remplit à chaque averse une série de bacs alignés sur le côté de la maison.

Hier, non seulement les robinets étaient à sec, mais l’électricité nous a aussi abandonné à l’heure du souper. Alors que Marie-Élaine et moi dégustions avec un bonheur incommensurable notre premier plat de pâtes depuis notre arrivée, nous avons été plongés dans le noir. Le téléviseur, bruit de fond de tous les soirs dans notre maison, n’était plus. Le silence.

Nos frères et soeurs, de nature assez muette, sont demeurés quelques minutes en silence, comme s’ils se demandaient ce qu’ils allaient bien pouvoir faire. Sans DS, ni Playstation, ni Facebook, ni séries télévisées. Puis un de nos frères est venu s’asseoir à nos côtés avec une généreuse portion de spaghetti. On a parlé de ses études, de notre projet, des saisons canadiennes, des sports d’hiver.

Maman s’était endormie entre temps sur son canapé, et les filles, toujours assez silencieuses, écoutaient notre conversion du divan, duquel elles n’avaient toujours pas bougé. Jusqu’à ce qu’une d’elle se mouille et propose de jouer à « troud’cul ». Elle avait manifestement eu un coup de coeur pour ce jeu que leur avaient montré les deux stagiaires québécoises de l’été passé.

L’heure qui a suivie, à la lampe de poche, s’est avérée être une féroce course à la présidence dans le cadre de ce jeu de cartes folklorique. S’empilaient au centre de la table les Dames de coeur, les 8 d’arachide (trèfle), les As de macabo noir (pique) et les Valets de biscuit (carreau), parsemés d’éclats de rire et de grimaces.

Même si ce soir, le bruit de fonds des séries télé mal doublées et des vidéoclips de Justin Bieber reprendront, la panne a été vectrice de rapprochements et d’échanges.

Rappelez-vous janvier 1998…

Yaoundé, ville verte

Auteur: Gabrielle Lamontagne-Hallé

18 juin 2012 — Afrique, Agriculture, Billets d'humeurs, Cameroun, Environnement, Groupes de stagiaires, Kaïdama - 2012

Yaoundé, 19 juin 2012

Nous sommes arrivés en sol camerounais il y a à peine quelques jours, et déjà la musique, les klaxons et les bananes plantain font partie de notre quotidien.

Nous sommes en phase lune de miel, en jargon du voyage. Les repas sont des moments de découverte incroyables, de même que chaque déplacement en taxi, qui nous permet d’en apprendre plus sur l’anarchie qui règne dans le code de sécurité routière.

L’émerveillement se fait aussi au niveau des initiatives d’agriculture urbaine, la raison même de notre présence ici pour les deux prochains mois. Les plants de maïs bordent les routes, les ruelles, abondent dans les cours arrière et décorent les façades avant des maisons. Les manguiers offrent un peu d’ombre aux lézards aux couleurs de l’arc-en-ciel et plusieurs citadins cueillent leurs bananes douces (à distinguer des bananes plantain) à même leur bananier le matin. La verdure abonde dans cette ville ensoleillée qui profite ces temps-ci de bonnes averses nocturnes. Des sacs de plastique aux carcasses de vieux modems en passant par les pneus, tout ce que les Camerounais ont sous la main se transforme en bac à fleur!

Yaoundé, à l’image de ce que nous avions lu à son sujet, se prête très bien aux initiatives de culture vivrière en ville. Les bas-fonds qui séparent les collines (Yaoundé, tout en relief, est connue sous le nom de « ville aux sept collines ») conservent l’humidité en saison sèche et permettent d’approvisionner la ville en fruits et légumes variés toute l’année. Notre défi des prochaines semaines : miser sur le « plus-value » des techniques de culture hors-sol que nous leur apportons et surtout, surtout, s’immerger dans les techniques d’agriculture urbaine qui composent la réalité de Yaoundé en ce moment.

Nous adoptons progressivement (certains plus facilement que d’autres!) le rythme de vie camerounais. Le pas aussi. Si mes amis râlent parce que je marche trop vite au Québec, c’est que les Africains ne comprennent vraiment rien à mon empressement! Évidemment, on s’habitue aussi aux regards détournés sur notre passage. Notre teint clair et nos gros sacs à dos ne laissent personne indifférent, et il n’est pas rare de se faire interpeler par « hey la blanche » ou « hey le blanc ».

« Baby I love you » est aussi une amorce que la majorité féminine du groupe commence à bien connaître!

Toujours en phase « lune de miel », nous avons visité Douala, capitale économique du pays, cette fin de semaine. Une rencontre dont tous se souviendront longtemps a teinté notre séjour… la suite très bientôt!

Gabrielle L.

Tunisie; terrain d’apprentissage et d’épanouissement

Auteur: Mathieu Gauthier

15 juin 2012 — Billets d'humeurs

Un mois et demi déjà depuis mon arrivé à Tunis. C’est fou comment le temps passe trop vite quand tu goûte pour la première fois à tout ce qui t’entour! Bien qu’une légère routine semble tranquillement s’imposer pour ordonner mon passage éphémere à la capitale de la Tunisie, l’authenticité des sons, des couleurs, des goûts, des senteurs, bref de tout ce qui franchit mon cadre perspectif et analytique semble me surprendre et me satisfaire jusqu’au plus profond de mon âme. Heureusement, ce sentiment de contentement persiste et fleurit d’une direction inatendu à chaque seconde de mon expérience.

J’ai été acceuillit comme un frère, un meilleur ami ou un fils dès mes premiers pas à l’aréoport. J’ai pu profiter d’un 48 heures d’orientation personnalisé et guidé par le père d’un de mes très bon ami d’originie tunisienne qui vie maintenant à Ottawa. C’est avec à lui, Mekki, que j’ai vécu mon premier choc culturel. Lorsqu’un chant en provenance des tours de touts les mosquées invitant les gens à prier se fut entendre partout au travers de la ville, Mekki s’arrêtta à la mosque la plus près afin de porter allégence à Allah. N’étant pas un musulman, je n’est pas pus participer au rituel, cependant, j’ai profiter de cette occasion pour convoquer ma première observation de phénomènes sociaux.

J’ai rapidement remarqué la ségrégation des sexes. De touts cette centaine d’individus, une seule femme s’est dirigée vers la mosque. De plus, tandis que les hommes pénétraient la mosque en marchant sous une énorme arche magnifique, la dame fraya tranquillement sont chemin à la droite de l’établissement pour ensuite y pénétrer par une petite porte de côté. Bien évidement, ceci a su me surprendre et chatouiller ma curiosité au plus haut niveau. Cette expérience a suciter d’excélente conversations entre moi et Mekki, notamment au sujet de la religion, de la pratique de la religion, de la ségrégation des sexes, du port du voile et de la burka, de la prière, de spiritualité et bien plus encore. C’est ainsi que le processus d’adaptation culturel débuta.

Pur ca part, le stage est fort interessant et va surement s’intensifier au fur et a mesure que l’ont approche des grands événements du mois de juillet. En faite le Forum Préparatoire au Forum Mondiale aura lieu du 12 au 18 juillet à Monastir. Nous avons eux la confirmation que nous irons travailler sur le terrain à Monastir, mais la date de départ reste à déterminer.

Le Forum Tunisien pour les Droits Économique et Sociaux, l’organisation pour laquelle nous travaillons, met aussi sur pied divers activités, conférences, rencontres et forums. C’est ainsi que nous avons participé à la mise au point de l’activité intitulée Quelle stratégie nationale pour la constitutionnalisation des Droits Économique, Sociaux et Culturel en Tunisie?

Les conférences du  25 et 26 mai était ultra enrichissante et portait exactement sur mon domaine d’étude. Brièvement, ce fut une série de conférences, de table ronde et d’ateliers qui regroupaient des ministre de la Tunisie, des membres ainsi que le président de l’assemblée constituante (groupe parlementaire qui voit à l’érigation de la nouvelle constitution), des avocats, des professeurs universitaire, des militants et gouvernementaux de la Colombie, du Kenya, de l’Afrique du Sud ainsi que plusieurs présidents d’association et d’ONG de la société civile qui militent depuis longtemps pour les droits humains. La majorité de la conférence portait sur l’inclusion des droits économique, sociaux et culturels (DESC) dans la nouvelle constitution qui sera érigée par l’assemblée constituante. Nous avons discuté de la pertinence de l’inclusion des DESC dans un tel document et de leurs caractéristiques. Nous avons surtout discuté des mécanismes d’inclusion ainsi que des mécanismes qui seront en mesure d’assurer l’application et le respect de ces droits afin d’éviter le continuation de violations grave tel nous le voyons même en temps de post-révolution. Plusieurs discussion concernant la place de l’Islam au sein du nouveau modèle de gouvernance on souligner l’opposition idéologique “modernisation” versus “ré-islamsation” dont j’ai eu la chance d’étudier grâce au programme étude des conflits et droits humain offert a l’Université d’Ottawa.

Par la fin de la deuxième journée, un document de suggestion et d’attente a été créé. Il sera remis à l’assemblée constituante au nom de la société civile. Il fut bien intéressant de voir la création d’un réseau sociale et d’avoir le privilège d’assister à des rencontre historique vouant le contexte socio-politique ainsi que l’opportunité que présente l’ouverture du champs politique due à la révolution. Après avoir abborder ce sujet à mainte reprise en classe, il fut très enrichissant de prendre part à un processus de lobbying pro-droit humain!

Le peuple des Andes

Auteur: Andreia Furtado

14 juin 2012 — Amérique du Sud, Amérique latine, Équateur, Mashi 2012

Au retour de notre excursion à la lagune du Quilotoa, je repense au peuple des montagnes que nous avons rencontré durant notre séjour dans la province du Cotopaxi. Les Kichwas, ce groupe autochtone qui vit dans les montagnes des Andes, fascine par sa capacité de survie malgré des siècles d’oppression.

Les femmes Kichwas sont particulièrement mémorables. Ces dames qui sont si joliment coiffées avec leur chapeau de feutre, certains arborant une plume de paon colorée, et leur longue tresse aboutissant sur leur dos couvert d’un châle artisanal. Avec leurs jupes ornées de décorations scintillantes et leurs escarpins à talons hauts, elles semblent quotidiennement porter leur habit du dimanche.  Dommage que je n’aurai pas la chance de les immortaliser sur photo : elles s’indignent lorsque un objectif pointe leurs visages. Sur la montagne du Quilotoa, elles sont plusieurs à guider des troupeaux de lamas ou à monter des touristes essoufflés à cheval afin d’atteindre le sommet de la montagne.

Au marché du samedi de Latacunga, mes camarades se laissent séduire par les chapeaux artisanaux que l’on retrouve sur les têtes autochtones de la région. Ils les porteront fièrement dans les quartiers de la ville malgré les ricanements des habitants qui dans leurs regards semblent nous avoir identifié comme des gringos copiant le style vestimentaire andin. De toute évidence, il nous manque de longs cheveux noirs ébène pour complémenter ces couvre-chefs à la Robin des bois.

Après deux jours à Latacunga et dans ses environs, je partage la fascination de ma colocataire de stage pour les peuples montagnards. Le climat frisquet d’altitude me réconforte. Le soleil, brûlant malgré l’air froid, nous laisse de jolies pommettes rouges. À 4000 mètres d’altitude sur la montagne du Quilotoa, notre position physique par rapport au ciel nous donne l’impression de pouvoir attraper un nuage. À l’horizon nous n’apercevons que de magnifiques structures rocheuses qui constituent une petite partie de la Cordillère des Andes. Et cette mystérieuse lagune qu’est le Quilotoa, dont la profondeur demeure inconnue, impressionne quiconque y pose les yeux. Il est rare de retrouver autant de beauté sauvage à un même endroit.

L’air pollué et humide de Santo Domingo semble si loin de nous. Les préoccupations du stage se sont noyées dans les eaux turquoise du Quilotoa.

Crédit photo : Marine Anaïs